Comme la plupart d’entre nous, Kristina Makris avait lu les avertissements concernant le risque associé au syndrome de choc toxique (SCT) lié à l’utilisation de tampons . Et comme la plupart des gens, Kristina a supposé que cela ne lui arriverait jamais.

Malheureusement, Kristina avait tort et il y a cinq mois, la femme de 32 ans s’est retrouvée extrêmement malade après ses menstruations.

Elle a partagé son histoire sur Facebook pour avertir les autres que le SCT n’est pas un mythe . Ça arrive vraiment et quand ça arrive, l’impact est énorme.

« J’ai regardé dans le miroir et je ne me suis pas reconnu »

Témoignage  de Kristina; « Après mes dernières règles, j’ai commencé à me sentir mal . Je ne me sentais tout simplement pas bien. Je pouvais dire que mon corps essayait de lutter contre quelque chose. Puis j’ai développé un ganglion lymphatique enflé à l’aine gauche. Je pensais que c’était normal. Je me sentais enrhumé et chaque jour devenait de pire en pire.

« Cela a duré deux semaines. Le lundi 15 janvier est le jour où j’ai décidé de consulter car les symptômes sont devenus plus sérieux. Des symptômes ressemblant à la grippe. De la fièvre, des frissons, des vomissements et une éruption cutanée  à l’intérieur de la cuisse gauche. Les médecins,choqués pour ce retard me disaient que si je ne venais pas alors j’aurais perdu un membre ou pire … mourir.

« J’ai été opéré à l’intérieur de la cuisse, où l’infection a été localisée. J’ai passé deux semaines à l’hôpital sous bi-antibiothérapie, beaucoup de perfusions pour remplissage… Après une semaine alitée, j’ai finalement regardé dans le miroir et je ne me suis pas reconnu.

« Quand j’ai finalement rentré à la maison, le combat n’était pas encore terminé. J’avais un abord veineux  attaché au bras 24h / 24, 7j / 7 avec des antibiotiques et un aspirateur pour la plaie attaché à l’intérieur de la cuisse 24/7. Il a fallu 3 mois pour obtenir physiquement retour à ma vie normale.

« Mentalement, je suis toujours traumatisée. Je  veux vraiment que les femmes comprennent que tout cela est arrivé à cause d’un  TAMPON. »

Qu’est-ce que le syndrome de choc toxique?

Staphylococcus aureus (Staph) est une bactérie commune qui vit sur la peau, dans le nez et les voies respiratoires, et est généralement sans danger. Avez-vous déjà eu cette petite plaie douloureuse dans votre nez? C’est probablement staphylocoque.

Les streptocoques du groupe A (Strep) est autre mauvaise bactérie. On le trouve dans la gorge et sur la peau.

Dans certaines circonstances, comme dans les fibres d’un tampon, ces bactéries peuvent proliférer en produisant de grandes quantités de la toxine  qui déclenche une réponse inflammatoire incontrôlée.

Le SCT survient lorsque le corps réagit aux toxines produites par le staphylocoque ou, plus rarement, l’angine streptococcique.

Les symptômes du SCT comprennent une forte fièvre, des éruptions cutanées, une hypotension artérielle, une défaillance d’organes, une desquamation des paumes et des plantes, des vomissements, une diarrhée et des douleurs musculaires.

Vous devez laisser un tampon pendant environ 3-4 heures pour vous assurer qu’il a absorbé suffisamment de sang et qu’il soit plus facile à retirer.

Vous ne devez jamais laisser un tampon pendant plus de 8 heures car cela augmente le risque de développer un syndrome de choc toxique.