Selon une étude publiée dans la revue European Radiology, les barbes de la gent masculine comporteraient davantage de bactéries que le pelage canin lors d’un examen de radiologie. Sur l’échantillon testé, chaque modèle d’une barbe d’homme contenait davantage de bactéries. Mais les barbes humaines ne sont pas pour autant plus sales qu’un pelage de chien. Explications.

Les travaux menés par la clinique Hirslanden en Suisse avaient initialement été lancés pour déterminer s’il existait un risque pour un être humain de contracter une maladie transmise par un chien si tous deux utilisaient le même matériel médical, comme un appareil à IRM. Une lecture trop rapide de l’étude nous avait laissé penser que les barbes de tous les hommes contiendraient davantage de bactéries que le pelage des chiens. La réalité est différente.

Un échantillon trop restreint

Les scientifiques ont réalisé des prélèvements sur les barbes de dix-huit hommes et sur le cou de trente chiens de différentes races, avant d’en comparer les résultats. Un échantillon trop restreint pour en tirer une loi générale, souligne Le Monde.

Les recherches indiquent que l’ensemble des hommes à barbe du groupe testé, âgés de 18 à 76 ans, présentaient un nombre important de bactéries. A contrario, seuls vingt-trois chiens sur trente en détenaient une charge importante. Mais les bactéries ne sont toujours mauvaises pour les organismes humains. Dans le cas de l’étude seules sept barbes sur dix-huit contenaient des bactéries potentiellement pathogènes pour l’homme, contre quatre pelages de chiens sur trente.

Évaluer les risques pour la santé

L’objectif de cette étude était de déterminer s’il était prudent, pour des raisons d’hygiène, d’examiner des chiens et des humains sur un même scanner. Conclusion: la présence de chiens ne représenterait aucun risque pour la santé de l’homme. Ce sont avant tout des manquements d’hygiène en milieu hospitalier qui pourraient faire courir un danger auprès des patients.