Voici un conseil de perte de poids bien connu: utilisez une assiette plus petite et vous serez satisfait d’une portion plus petite . Le conseil fonctionne – à condition que vous n’ayez pas vraiment faim – car une grande partie de notre satisfaction à la fin d’un repas est déterminée par les attentes quant à la qualité d’un bon repas. Si nous pensons avoir dîné correctement, il est peu probable que nous en mangions une heure plus tard.

 

Si la vue de nos repas est importante, qu’en est-il de la vue de chaque bouchée? Des chercheurs d’écoles de commerce de l’Université de l’Utah, à Salt Lake City, ont mené une expérience intelligente – récemment publiée au format PDF dans le Journal of Consumer Research – pour le découvrir.

Les auteurs de l’étude ont demandé l’aide d’un restaurant italien local. Au cours de deux jours (deux déjeuners et deux dîners), les chercheurs ont sélectionné au hasard des tables pour recevoir des fourchettes exceptionnellement grandes (20% plus grandes que la fourchette normale du restaurant) ou des fourchettes inhabituellement petites (20% plus petites que la normale). Ils ont ensuite pesé chaque assiette de nourriture avant de la remettre à un client et une fois de plus à son retour, afin de calculer la quantité consommée par chaque personne.

Dans l’ensemble, les résultats ont montré que les clients recevant de plus grandes fourchettes mangeaient moins, laissant plus dans leurs assiettes à la fin de chaque repas.

Les auteurs de l’étude ont donc dû tenter d’expliquer pourquoi les gens mangeaient peut-être plus quand on leur donnait de grandes portions, mais moins quand ils mangeaient de plus grandes fourchettes? Les auteurs de l’étude suggèrent que les deux phénomènes peuvent être expliqués par la même logique. Dans leur journal, ils écrivent:

Les gens cherchent avant tout à savoir s’ils réduisent ou non la quantité d’aliments dans leurs assiettes […]. La fourchette la plus petite (par rapport à la fourchette la plus grande) semble fournir des progrès moins satisfaisants au niveau des objectifs c’est-à-dire que les clients ont le sentiment de ne pas trop modifier leur consommation d’aliments et donc de satisfaire leur faim. Ceci, à son tour, incite les convives à faire plus d’efforts (par exemple plus de fourchette) pour assouvir leur faim. En conséquence, les clients avec des fourchettes plus petites consomment plus de nourriture que ceux qui utilisent des fourchettes plus grandes.

Selon cette même logique, si la portion de nourriture est très importante au départ, les convives en mangeront davantage car ils ne se remarquent pas de faire une gaffe dans le repas avant que beaucoup de nourriture ait été consommée.

L’argument suggère également une interaction entre la taille de la bouchée et la taille de la portion. Dans l’expérience, les clients des restaurants qui recevaient à la fois de petites fourchettes et de grandes portions en mangeaient de manière disproportionnée plus que ce que chacun de ces facteurs prédit

Il est toutefois important de noter que la fourchette la plus large peut encourager les gens à manger moins que lorsque leur objectif est de manger un repas complet et de satisfaire leur faim – précisément l’objectif de la plupart des restaurants. Les auteurs de l’étude ont également testé l’effet de la taille de la fourche sur la consommation alimentaire chez les personnes qui n’avaient pas nécessairement faim, mais qui se contentaient de grignoter.

Ils ont donné aux étudiants universitaires une salade de pâtes et les mêmes grandes fourchettes et petites fourchettes que celles utilisées dans l’expérience du restaurant. Ils ont constaté que, lorsque les gens se voyaient offrir de la nourriture en dehors des repas, de plus grandes fourchettes incitaient les gens à consommer davantage. Les élèves étaient peut-être moins préoccupés par la possibilité de réduire les aliments qui leur étaient donnés, de sorte qu’ils prenaient simplement quelques bouchées par habitude. Dans ce scénario, écrivent les auteurs, les gens peuvent «devenir plus disposés à s’ancrer sur la taille de la fourche comme taille de morsure appropriée».