Nombre d’entre nous essaient de contrôler ou du moins d’influencer les événements auxquels nous sommes confrontés. Ce comportement qui peut porter ses fruits dans certains cas, peut toutefois s’avérer contre-productif. Surtout dans des situations sur lesquelles nous n’avons en réalité aucun contrôle. Il serait donc plus judicieux dans ces cas là, de savoir lâcher prise et de se concentrer sur soi pour aller de l’avant.

 

Cette façon de voir les choses n’est en aucun cas un point de vue révolutionnaire. C’est une philosophie qui existe depuis l’Antiquité, où le stoïcisme de Sénèque se basait déjà sur un abandon total pour renoncer à contrôler ce qui échappe à notre emprise.

Une question de choix
L’idée n’est pourtant pas compliquée et est pleine de bon sens : Pourquoi essayer de contrôler ce qui est en dehors de notre emprise ? Plus pertinent encore, pourquoi laisser ce que l’on ne peut changer influencer notre état d’esprit ? Ces questions sont selon le stoïcisme absurdes. Il n y a pas de raison valable de se laisser heurter par un événement extérieur et sur lequel nous n’avons aucun contrôle.

Ceci est une assertion qui semble tout à fait logique lorsqu’on l’énonce. Pourtant il n’est pas du tout rare de voir des personnes se creuser la tête et se démener à essayer de réaliser “l’impossible”. Le point de vue du stoïcisme est clair pour expliquer ce phénomène : notre état d’esprit relève de notre choix.

Un travail sur soi
Il faut se rendre à l’évidence : cet état d’esprit n’est pas naturel pour tout le monde. A l’opposé, le comportement le plus intuitif est essentiellement celui de vouloir tout contrôler.

Il est donc de notre devoir de nous débarrasser de ces pensées négatives. Et cela requiert un travail conscient sur soi afin de changer. Le point de vue du stoïcisme est clair, il y a au moins une chose sur laquelle nous avons une emprise certaine: nos propres pensées. C’est donc à vous qu’il revient d’exercer ce contrôle et d’extraire ce qui encombre votre esprit, à savoir ce qui vous échappe et ne peut être contrôlé. Evidemment, ce travail ne fournit pas de résultats immédiats. Il fait partie d’un processus de construction personnelle progressive qui doit être maintenue sur la durée.

Par quoi commencer ?
Arriver à un état d’esprit « stoïque » n’est pas chose aisée. Cela nécessitera beaucoup d’introspection et de remises en question, mais toute personne peut y arriver par la force de la volonté. Il est néanmoins nécessaire de comprendre quelques points clés :

– Il n’est pas utile de repenser au passé puisqu’on ne peut plus le changer. De la même façon il n’est pas nécessaire de se soucier du futur car il n’est pas encore là. Reste le présent qui lui est tout à fait malléable. À vous de saisir ce moment et d’imposer votre volonté.

– Il est de votre devoir de donner le meilleur de vous-même à chaque instant présent. Il faut néanmoins savoir que quoi que l’on fasse, il y aura des personnes qui trouveront le moyen de nous critiquer. Il est essentiel de ne pas vous importuner de leur avis et d’essayer de les éviter.

– Vos décisions sont les vôtres. En ce sens vous ne devez pas vous laisser influencer par les autres. Ou du moins si vous le faites, cela doit être volontaire. Demander conseil à une personne qui vous est chère n’est pas à proscrire, mais gare à la manipulation de certaines personnes malintentionnées qui pourrait vous porter préjudice.

 

Source@santeplusmag