De nouvelles recherches ont révélé que lorsque les hommes en bonne santé dans la vingtaine ne dormaient que 5 heures par nuit, la façon dont leur corps métabolisait les graisses changeait.Selon une étude réalisée par Santé Publique France : les Français dorment de moins en moins. Ainsi, un individu dormirait en moyenne 6 heures et 42 minutes par nuit.

 

Plutôt que d’évaporer les lipoprotéines riches en triglycérides qui ont été liées à la formation de colmatage et de plaques graisseuses dangereuses dans les artères, leur corps a commencé à les stocker.

Des recherches supplémentaires ont révélé que le nombre de personnes qui ne dorment pas suffisamment chaque nuit continue d’augmenter.

La privation de sommeil sur une période de temps a été liée à plusieurs problèmes de santé graves, notamment l’hypertension, l’obésité, le diabète et un système immunitaire affaibli.
Nous ne dormons pas assez – et cela a un impact significatif sur notre santé au quotidien et à long terme.

De la santé mentale à la façon dont notre corps stocke les graisses, des recherches récentes ajoutent des preuves qui illustrent à quel point la privation de sommeil peut et a un impact sur notre santé individuelle et collective.

Il est bien connu que dormir suffisamment aide à renforcer notre système immunitaire et est associé à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques, y compris l’obésité et le diabète de type 2.

Les conséquences du manque de sommeil

Dormir suffisamment est vital pour le bien-être physique et émotionnel. La privation de sommeil peut entraîner de nombreux effets sur la santé à court et à long terme.

La privation de sommeil se produit lorsqu’une personne dort moins que ce dont son corps a besoin. Les effets de la privation de sommeil peuvent varier d’une personne à l’autre.

Le surpoids

Plusieurs recherches ont mis en avant une étroite corrélation entre la prise de poids et des heures de sommeil insuffisantes. Selon une étude publiée par PLOS Medicine, des nuits courtes peuvent réduire la sécrétion de la leptine, hormone liée à la satiété tout en favorisant la libération de la ghréline, hormone associée à la faim. Ainsi, les personnes qui manquent de sommeil peuvent se confronter à une augmentation de l’appétit, qui pourrait se traduire par un surpoids sur le long terme.

 

Le diabète

Un sommeil insuffisant peut entraîner une dérégulation du métabolisme des glucides, entraînant une “baisse de 50% de l’action de l’insuline et une baisse de 30% de la quantité d’insuline produite”. A terme, cela peut aggraver l’état de santé d’une personne diabétique ou présenter un terrain propice à l’apparition de la maladie.

 

La faiblesse du système immunitaire

Un manque de sommeil peut réduire la réponse immunitaire de l’organisme et rendre une personne vulnérable face à certaines pathologies.

Les maladies cardiovasculaires

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès dans le monde. A cet effet, le Pr Thomas de l’hôpital La Pitié-Salpêtrière à Paris explique que la prévention sur le long-terme est essentielle en adoptant les bons gestes au quotidien, et cela inclut un meilleur sommeil.

Altération des fonctions cognitives

Le manque de sommeil altère les fonctions cognitives et entraîne une baisse de la vigilance, l’attention et la mémoire. Une information que vient confirmer le Pr Damien Léger, responsable du centre du sommeil à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Paris.

 

Les troubles de l’humeur

Les personnes qui ne dorment pas assez peuvent faire l’expérience du stress, de l’irritabilité et des sautes d’humeur.